Comme son compère kaiju Godzilla, Ultraman, petit frère du monstre préféré des Japonais, représente également tout un symbole au pays du Soleil Levant. Aujourd’hui, retour sur plus de 50 ans de télévision nippone, quand Ultraman avait les pleins pouvoirs…

Les origines d’Ultraman.

Même si Ultraman n’est pas le premier super-héros japonais à avoir investi la production audiovisuelle avec ce qu’on dénomme le Tokusatsu, un show entièrement axé autour des effets spéciaux, il en posera les bases. On trouvera avant lui d’autres super-héros qui introduiront le genre petit-à-petit : Ogon Bat notamment, star du kamishibai (théâtres de papier japonais ambulants traditionnels) ou encore Super Giant et Gekko Kamen montrent que le genre se prête vraiment bien à l’expérience audiovisuelle. Mais ce n’est que lors de l’apparition d’Ultraman que seront définitivement posées les fondations du Tokusatsu moderne. Ultraman peut de se fait être considéré comme l’œuvre matricielle du genre.

C’est Eiji Tsuburaya, père de Godzilla qui est derrière Ultraman. Il avait déjà prouvé à ses compatriotes quelques années auparavant qu’il était capable de bien adapter des créatures inhumaines à l’écran. Il fut l’un des créateurs des débuts de la franchise Godzilla avec ses deux autres compères Tomoyuki Tanaka et Ishiro Honda dans les années 50.
Quand la série Ultra Q, première prémice en noir & blanc du Ultraverse (= Ultraman Universe) voit le jour, le petit succès de la série est le début du phénomène. Viendra ensuite la série Ultraman, quelques années plus tard, qui sera la ligne de départ de l’engouement entourant la licence.

Originaire de Nebula M78, c’est au côté de son alter ego humain Shin Hayata dans les années 60 qu’Ultraman, celui qu’on connaît aujourd’hui, fera ses grands débuts et pour la première fois en couleurs.
Initialement destinée aux 8-10 ans, la série ira pourtant jusqu’à s’aventurer en terrain politique et fera grincer quelques dents au Japon – un épisode sur les retombées nucléaires des deux explosions de 1945 va même subir les foudres de la censure japonaise. Avec ses hauts et ses bas, la franchise va connaître d’autres versions plus ou moins heureuses dans les années 1980, et l’Ultraverse connaîtra un second souffle dans les années 90.

Une multitude d’univers !

Comme son comparse monstrueux, le kaiju Godzilla, l’univers d’Ultraman et tous ses dérivés peuvent se classer en différentes générations :

  • Ère Showa (Ultraman et Relancer Ultraman)
  • Histoire ultérieure à l’ère Showa (Le retour d’Ultraman, Ultraman Ace, Ultraman Taro)
  • Ère Heisei (Ultraman Zearth, Ultraman Tiga, Ultraman Mebius & Ultraman Brothers)
  • L’ère de la crise de la galaxie (Ultra galaxy mega monster battle, Ultraman Zero)
  • L’ère des héros de la nouvelle génération (Ultraman Ginga, Ultraman Ginga S)
  • Ère Reiwa (Ultraman Z)

Ainsi, vous l’aurez deviné, l’univers d’Ultraman est large, couvert par pas mal d’adaptations et d’œuvres diverses et variées. A priori, il n’y a pas vraiment de point de départ si on veut commencer son initiation à l’univers. Chaque univers est assez complet et se suffit à lui-même. Il se peut qu’à l’occasion quelques références ou petits clins d’œil soit fait à telle ou telle version ou série, mais sans plus.
Personnellement, je préconise de toujours commencer par la deuxième adaptation qui est celle qui a le plus marqué la licence selon moi et dont le titre est tout simplement : Ultraman.
Commencer l’univers dans un ordre chronologique peut aussi vraiment être agréable et pertinent et ainsi nous permettre de se glisser dans la peau du japonais de l’époque qui découvre la série.
Le visionnement par les différentes générations est très viable en soi. Cette façon de visionner la série cristallise le souvenir de toute une époque.
Libre à vous de commencer avec le bout qui vous intéresse, faites-vous plaisir avant tout !

Profil et super pouvoirs.

Comme l’a déclaré le site officiel de Tsuburaya Productions, Ultraman a visité la Terre après avoir chassé le monstre spatial Bemular. Il a protégé la Terre contre les monstres et les menaces extraterrestres. Outre son attaque principale Specium Ray, il possède également un certain nombre de techniques. Malgré sa force, il est également amical envers les monstres non hostiles. Sa forme humaine sur Terre est Shin Hayata du Science Special Search-Party.

Les caractéristiques d’Ultraman ci-dessous n’ont jamais été mentionnées dans la série originale Ultraman mais c’est pas mal ce qui en ressort le plus :

  • Hauteur : 40 m (50 m dans l’épisode 40 d’ Ultraman Taro )
  • Poids : 35.000 t
  • Vitesse de vol : Mach 5
  • Lieu de naissance : Nebula M78, Terre de Lumière
  • Âge : plus de 20000 ans
  • Première apparition : La naissance d’Ultraman (1966)

La technique de combat d’Ultraman reposait généralement sur la force brute, qui consistait à combattre ses adversaires au corps-à-corps, puis à les terminer avec ses attaques à faisceau.
Au milieu du combat, il utilisait parfois différentes compétences qui l’aidaient au combat ou neutralisaient les situations dangereuses grâce à sa peau qui possédait une protection naturelle contre la chaleur extrême, l’électricité et les explosions de bombes atomiques. Son attaque signature était le Specium Ray, qui est effectuée en ayant ses avant-bras en position croisée, avec son bras gauche en position horizontale et placé en avant tandis que son bras droit est en position verticale et placé en arrière. Rappelant un shuriken, Ultraman utilise également l’Ultra Slash, un projectile d’énergie vu comme une attaque de disque volant lancée depuis son bras droit. Ceci est principalement utilisé pour démembrer un adversaire, généralement en le découpant en deux au milieu. Ces pouvoirs sont une sélection parmi tant d’autres, la liste est longue, très longue, et varie dépendamment de l’Ultraman en question.

Ultraman, une icône !

Ultraman est apparu dans un Japon en reconstruction et est vite devenu un symbole de courage pour tous les Japonais de l’époque. Petit frère au sein de la famille Tsuburaya, il arrivera à faire son nom malgré l’ombre de son grand frère Godzilla. Fascinés par cet univers de géants et la transformation d’un humain en super-héros à la taille de colosse, les Japonais vont en effet assurer à Ultraman un triomphe instantané. Véritable icône, Ultraman, initialement réservé aux enfants, ira jusqu’à se mettre à parler de thématiques sérieuses et d’actualité telles que la guerre du Vietnam, les inégalités sociales, le traumatisme des contaminations liées aux bombardements d’Hiroshima et de Nagasaki, et arrivera ainsi à parler à tous les Japonais et japonaises.

Loin d’être le super héros du dimanche ou un héros lambda parmi tant d’autres, Ultraman se veut au fil des années, être la voix des Japonais de l’époque. C’est avant tout un symbole d’espoir, de force, de courage et d’unité pour les Japonais.
Riche et mythique, la licence Ultraman est intimement liée à l’histoire du Japon et à sa population. Cette importance culturelle prise en compte, ce n’est plus dès lors un simple feuilleton télévisé, c’est un véritable mastodonte, une preuve tangible que, grâce à l’art, à la technique et à l’imaginaire un simple héros est capable de bercer une nation entière.
Et même si la licence arrive sur ses 55 ans, l’œuvre Ultraman est ancrée de façon indélébile dans la culture nippone. Ultraman fascinait à l’époque, fascine aujourd’hui et continuera de fasciner encore dans l’avenir !


🤖 Chronique D – 06 avril 2021 🤖

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous recevrez toutes les nouvelles O-Taku avant tout le monde !

0
Votre panier
  • No products in the cart.