Les comics américains et le manga japonais ont plus de points communs que ce que l’on pourrait penser. La guerre qui opposait ces deux media est enfin terminée. My Hero Academia, One Punch Man, Shy ou encore Fire Punch, le modèle du super-héros américain a la cote au Japon et inspire les auteurs à se lancer dans des mangas d’un autre genre : le manga de super-héros.

L’effet My Hero Academia

Véritable précurseur de ce nouveau genre, My hero academia a été le premier manga à franchir le cap et ainsi se lancer dans ce grand inconnu. Grand fan inconditionnel de comics américains, Kōhei Horikoshi s’y est lancé à corps perdu. Batman, Superman et même X-Men y passeront.
Plongés dans un monde où 80% de la population possède des super-pouvoirs, nous ferons la rencontre d’Izuku Midoriya, un jeune garçon voulant intégrer la fameuse école de super-héros, Yuei. Faisant partie du 20% sans alter (= pouvoir), Izuku devra à regret faire une croix sur son rêve jusqu’au jour où son chemin croisera celui de son idole, All Might, symbole de paix et No 1 de tous les héros. Ce dernier lui offrira une chance inespérée de voir son rêve se réaliser.

Avec ce scénario préliminaire, My hero academia réunit allègrement tout ce qui fait le succès de plusieurs comics américains. Le modèle, le personnage d’All Might et le symbole que celui-ci représente au sein de cette super-société, est calqué irrémédiablement sur le modèle de Superman, l’homme de fer. All Might comme Superman représentent l’ultime bouclier sous lequel on se réfugie face au danger, à eux seuls ils sont le symbole de la paix ainsi qu’un élément dissuasif pour les villains.

D’un autre point de vue, l’école Yuei est l’alter ego japonais de l’Institut Xavier dans X-Men. Cherchant à réunir des jeunes afin de leur permettre de contrôler leurs pouvoirs et à former ainsi une nouvelle génération de super-héros, les deux instituts ont sensiblement la même mission, le même but.

Toujours en restant du côté des X-Men, une grande partie des super-pouvoirs que nous aurons l’occasion de découvrir dans My hero academia sont inspirés des pouvoirs de X-Men : Cyclope et son pouvoir d’émission cinétique inspireront Yuga, Shadowcat sera la source d’inspiration du personnage de Mirio Togata, Cami et son pouvoir de métamorphose s’inspirera bien évidemment de Mystique, tandis que Tetsutetsu viendra de Colossus et de sa peau métallique.

Pour la petite anecdote: My hero academia représente une passerelle exceptionnelle entre manga et comic. La série a été tellement bien accueillie par le monde du comic que plusieurs auteurs américains n’ont pas hésité à collaborer Kōhei Horikoshi afin de réaliser les covers alternatifs des tomes 27 et 30 de la série (à la manière des covers alternatifs des comics!).

Chose intéressante, si on se tourne vers le manga My hero academia: Vigilante, on pourra suivre un duo assez particulier, constitué de Koichi (notre protagoniste) et de Knuckleduster, un personnage intéressant en soi, puisque celui-ci est présenté comme un Batman sans en être un. Loin d’être philosophe et multi-milliardaire, ce héros de l’ombre agit et semble être animé par des méthodes dignes de l’homme chauve-souris. Agissant dans l’ombre des super-héros et principalement à l’heure de l’astre diurne, Knuckleduster est un héros sans alter qui fera régner la justice armé de ses seuls poings (d’où son nom!). Extrêmement violent envers les criminels, il possède une liberté d’action que les super-héros normaux ne peuvent se permettre. Souvent jugé comme un criminel lui-même, il combat les villains et se doit d’agir dans l’ombre comme Batman le fait.

Fire Punch, une vengeance pour une quête héroïque.

Impossible d’aborder les mangas de super-héros sans mentionner cet ovni dans le genre, amené sous une forme à l’opposé des mangas classiques de super-héros. Véritable oeuvre de science-fiction, Fire punch est donc différent.
Dans un monde entièrement recouvert de glace, famine, désolation et chaos sont le quotidien des quelques humains qui y survivent. Parmi eux, existent quelques élus dotés de pouvoirs surnaturels. Nous serons amenés à faire la rencontre d’Agni, un jeune garçon né avec un pouvoir de régénération très poussé. Vivant dans un petit village avec sa sœur, son quotidien viendra être bouleversé par le détenteur d’un autre pouvoir, celui de produire des flammes inextinguibles. Touché par ses terribles flammes, notre héros devra subir une dualité tragique pour lui : des flammes inextinguibles se battant avec un super-pouvoir de régénération, qui prendra le dessus ? Devenu torche humaine à la suite de plusieurs années de souffrance, notre héros se lancera dans une quête de vengeance afin de retrouver sa sœur disparue.

Fire Punch ne suit pas le chemin classique d’un manga de super-héros, mais pourrait amplement être qualifié comme tel de par ce que notre protagoniste laissera dans son sillage afin d’assouvir sa quête vengeresse. Cette vendetta, héroïque malgré elle, amènera notre héros à être considéré comme un super-héros, voir adulé comme un être divin par certains fanatiques.

L’arrivée du personnage de Togata, renforcera ce postulat. Fan de cinéma, divertissement complètement disparu dans ce récit, Togata fera d’Agnis, le super-héros du film QU’IL veut réaliser. Notre torche humaine devra jongler avec deux réalités tout au long du récit : un rôle de super-héros qui lui colle à la peau et qu’il ne veut pas assumer et le simple fait qu’il veut retrouver une vie normale comme tout un chacun.

Source d’inspiration surprenante les comics américains sont maintenant bien présents au Japon et représentent probablement l’influence la plus improbable qu’on pouvait voir surgir dans le monde du manga. Et pourtant des mangaka tel que Fujimoto Tatsuki (Fire punch), Miki Bukimi (Shy) ou encore Kōhei Horikoshi (My hero academia) nous démontrent par leur audace que faire des mangas basés sur l’héritage littéraire américain est tout à fait réalisable, pertinent et divertissant à souhait. Ce nouveau genre est surtout indéniablement bien accueilli par les lecteurs de mangas mais aussi de comics. Ce rapprochement est de loin une force qui bénéficie à l’épanouissement des deux supports.
Simple curiosité : d’après vous, qui aurait le meilleur super pouvoir : All Might ou Superman ?

Partager cet article

Explorer le blog

Derniers articles

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Tu as une idée d'article ?
Tu aimerais lire sur un sujet en particulier

Les Librairies O-Taku

#jesuisotaku

0
Votre panier
  • No products in the cart.