Pour plus d’infos, tu peux commander Hokusai, 36 vues du Mont Fuji par Amélie Balcou.

Symbole du pays du soleil levant, le mont fuji ou fuji-sama est depuis longtemps un sujet d’admiration et une source d’inspiration intarissables.Un des plus grand maître de l’estampe japonaise, Katsushika Hokusai, s’en est grandement inspiré afin de créé sa plus célèbre serie d’Ukiyo-e/ estampes japonaises: les 36 vues du mont fuji. Les 36 vues du mont fuji, est une série de 46 estampes autour du Mont Fuji. Oui oui, 46 ! (rires) Ayant pour thème le rapport entre l’homme et la nature. Ce travail d’une vie est sur plusieurs points innovant et révolutionnaire. La grande vague de Kanagawa d’Hokusai, par exemple, (Kanagawa-hoki nami-ura en japonais ) est très certainement l’estampe la plus connue de l’artiste. C’est la première estampe de sa fameuse série des 36 vues du mont Fuji et également la première de l’auteur à utiliser un pigment assez rare, très prisé et qui sera très présent dans ses futures estampe : le Bleu de Prusse. Ce pigment, importé de Hollande et très coûteux, était extrêmement prisé par les artistes japonais pour ses qualités synthétiques : c’est-à-dire, qu’il risquait moins de perdre son éclat avec le temps. De plus , il s’est avéré que cette nouvelle couleur bleue profonde, s’intégrait parfaitement avec les palettes de couleurs de l’époque. Pratique (haha)D’un autre point de vue, plus théorique cette fois, le Bleu de Prusse est le premier pigment de couleur synthétique moderne. Ayant un pouvoir colorant très puissant il permet des choses que peu de couleur à l’époque était capable de faire. Alors qu’Hokusai veut se consacrer à la recherche de rendus d’atmosphère, ce pigment lui permet de restituer le ciel et la mer avec davantage de force. Que ce soit pour donner vie à la mer, ou bien accentuer un ciel avec une touche de bleu prononcé, ce “vieillard fou de dessin”, utilisera ce pigment sur la grande vague de Kanagawa et toutes les autres estampes des 36 vues du mont Fuji.Popularisé et très demandé, une version aizuri-e (estampes bleues) des 36 vues du Mont Fuji fut également créée, composée uniquement de bleu, uniquement et essentiellement de bleu de Prusse.Suite à l’apparition de ce nouveau pigment et des options qu’il offrait aux artistes, les premières estampes composées de paysages virent également le jour. Premières estampes réalisées en grand format, les 36 vues du mont fuji, furent les premières estampes japonaises entièrement consacrées aux paysages,Grâce à l’ouverture du Japon sur le reste du monde, les travaux d’Hokusai sont devenus rapidement connus au niveau mondial. Source d’inspiration pour les peintres occidentaux du XIXe siècle. certains prendront exemple sur le maître pour s’y essayer à leur tour.L’artiste peintre, graveur et illustrateur français, Henri Rivière, s’en est inspiré pour réalisé sa série des 36 vues de la Tour Eiffel.


Chronique de David – 14 juillet 2020

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *