Devilman, Mazinger Z, Cutie Honey, L’École impudique, Goldorak, ces noms vous sont probablement familiers. Auteur d’exception et de plus de 360 histoires diffĂ©rentes, Go Nagai fait partie des mangakas qui ont construit les bases du manga moderne. Meca, ecchi… c’est Ă  lui qu’on doit le dĂ©but de ces diffĂ©rents genres. IntĂ©ressons-nous aujourd’hui, cher lecteur, a cette lĂ©gende vivante, Go Nagai ! 🙌

4e fils d’une fratrie de 5 garçons, Go Nagai naĂźt un mois aprĂšs le drame atomique d’Hiroshima. Il est bercĂ© depuis sa plus tendre enfance dans les Ɠuvres d’Osamu Tezuka, notamment avec Lost world, sa toute premiĂšre lecture manga. Enfant renfermĂ© sur lui-mĂȘme, il a du mal Ă  sociabiliser avec d’autres jeunes, et son imaginaire sera pour lui une Ă©chappatoire. En grandissant, il est satisfait par son univers intĂ©rieur, et son imagination sera son inspiration principale pour ses futurs Ɠuvres. Lors de son amĂ©nagement sur Tokyo un peu plus tard, Go Nagai va se plonger Ă  corps perdu dans les mangas, romans et mĂȘme le cinĂ©ma, Il deviendra trĂšs vite un incroyable cinĂ©phile (visionnant jusqu’Ă  150 films par an). 🎬

Vers la fin de son adolescence, notre jeune mangaka met au point le scĂ©nario d’un samouraĂŻ indestructible venu du futur (19 ans avant la sĂ©rie Terminator), publiĂ© sous le nom de Kuro no Shushi. RemarquĂ© par le Shonen Sunday, un poste d’assistant lui sera proposĂ©. Nagai est prĂ©sentĂ© au staff de Mushi Production, et mĂȘme si le prĂ©sident du studio, Osamu Tezuka n’est malheureusement pas prĂ©sent ce jour-lĂ , un autre mangaka de grande importance le sera – c’est Shotaro Ishinomori (Kamen Rider/ Cyborg 009). đŸ’„

ImpressionnĂ© par les qualitĂ©s d’auteur de Nagai, Ishinomori le choisit pour le supplĂ©er. C’est un rĂȘve qui devient rĂ©alitĂ© pour Go Nagai : il va pouvoir apprendre les bases du mĂ©tier auprĂšs d’un de ses idoles. AccablĂ© et motivĂ© pour travailler pour cet auteur, Nagai va donner son 200%. 20h de travail par jour, pas de vacances, pas de week-end, il n’est chez lui qu’une semaine par mois. Au bout de 2 ans, amaigri et ne se reconnaissant pas dans le miroir, il dĂ©cide de prendre un jour de congĂ© par semaine pour se reposer et se concentrer sur ses travaux. đŸ©șEn 1967, il devient officiellement un mangaka, publiant une histoire humoristique pour le magazine Bokura des Éditions Kƍdansha. Le manga, Meakashi Polikichi, suit les pĂ©ripĂ©ties d’un petit policier Ă  l’Ă©poque d’Édo. Viendras ensuite Chibikko KaijĂ» Yadamon, fantaisie autour d’un jeune garçon, Tarƍ, et son petit dragon, Yadamon. 📖

Fin des annĂ©es 60, le western spaghetti est Ă  son apogĂ©e. InspirĂ© par Il Ă©tait une fois dans l’Ouest, et l’esprit du mythe western, Nagai l’applique Ă  la pĂ©riode mĂ©diĂ©vale avec Yubi no Kenman dans ShĂŽnen Magazine. Le cĂŽtĂ© frivole en maillot de bain intĂ©resse la maison d’Ă©dition Shueisha qui crĂ©e en 1968 Shonen Jump. Des nouveaux talents sont demandĂ©s et le choix du sujet est encore assez libre, c’est l’occasion pour Go Nagai de se lancer sur sa nouvelle sĂ©rie humoristique : L’École impudique. 😉

Mais un problĂšme persiste, le manga passĂ© Ă  la censure et la sĂ©rie se voit Ă  deux doigts de se voir arrĂȘtĂ©e. SauvĂ©e par la pression que les lecteurs donneront, l’oeuvre jugĂ©e trop offensante pour les jeunes sera sauvĂ©e par ces derniers, une belle leçon. Dans le succĂšs de l’École impurdique, Nagai fonde sa compagnie Dynamics productions et c’est sous ce mĂȘme label que sortira plus tard Getter Robo. đŸ€–

Le dĂ©but des annĂ©es 70 sera considĂ©rĂ© comme l’Ăąge d’or de l’auteur. 1972, c’est l’arrivĂ©e de Devilman dans le Shonen Magazine, qui devient extrĂȘmement populaire au Japon et suscite mĂȘme l’Ă©tonnement et l’Ă©puisement de Nagai tellement ce dernier est mĂ©diatisĂ©. Nagai dĂ©cide de mettre un frein sur les Ɠuvres sombres, trĂšs demandantes pour lui. Il se tourne alors vers la science-fiction, et plus prĂ©cisĂ©ment le genre mĂ©cha. Mazinger Z n’est pas loin, et Ă  peine a-t-il soumit l’idĂ©e d’un robot qui se meut grĂące Ă  un vĂ©hicule insĂ©rĂ© dans sa tĂȘte que la Toei Animation dĂ©cide de lancer une diffusion (avant mĂȘme la publication du manga). 😅

1973, fin de Devilman, une vraie rĂ©ussite qui deviendra son manga le plus connu avec Goldorak. La mĂȘme annĂ©e voit arriver Violence Jack et Cutie Honey. Nagai est enfin reconnu parmi ses pairs dans les domaines de la science-fiction et du manga. Il fera mĂȘme partie de la SFWJ6 (Science-fiction and Fantasy Writers of Japan), le deuxiĂšme dessinateur Ă  y entrer aprĂšs Osamu Tezuka. đŸ–Šïž

Aujourd’hui ĂągĂ©e de 75 ans, Go Nagai a drastiquement ralenti sa production, mais n’est pas pour autant dĂ©cidĂ© Ă  dĂ©poser sa plume ! Reconnu Ă  travers le globe, il reste une grande source d’inspiration et un pilier incroyable des mangas que nous lisons actuellement. Bon anniversaire sensei !! đŸ„łđŸ„łđŸ„ł

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *