Nijigahara holograph

Inio Asano

Disponible

22,95$

DESCRIPTION
Une légende urbaine, un fait divers macabre.... La fin du monde serait-elle proche ?

Des papillons lumineux qui ne cessent de proliférer, une rumeur sur une mystérieuse présence vivante cachée à l’intérieur d’un sombre tunnel…. Un fait divers vient corroborer la légende urbaine : le corps de la mère d’Arié y est retrouvé sans vie, des traces humaines autour d’elle. Les enfants pensent que la fin du monde est proche. Devrait-on les écouter ? L’innocence enfantine serait-elle de la clairvoyance ? Pour calmer la bête, les enfants décident de lui offrir un sacrifice : la petite Arié est jetée au fond du puits…. 

Vous aviez peut-être découvert ce titre sous le nom francisé Le champ de l’arc-en-ciel. Il n’était plus disponible depuis bien longtemps et cette superbe réédition est un bon moyen de le redécouvrir. 

Partager sur :
Tome
Langue
Français
Éditeur
Kana
Origine
Japon
ISBN:
9782505110330
Informations supplémentaires

La toute première histoire longue imaginée par Inio Asano !

Entre passé et présent, des élèves d'une petite école primaire reviennent sur des événements tragiques qui se sont déroulés dans la plaine de Nijigahara, près de chez eux.

Alors que les papillons se mettent à proliférer de façon assez inquiétante, une rumeur circule parmi les enfants : un monstre se tapirait dans le tunnel situé derrière l'école. Il serait là pour anéantir le monde... et il réclame un sacrifice...

Les secrets de chacun sont autant de fils qui s'entremêlent et forment l'apocalypse d'un nouveau siècle

« Aujourd'hui, je ne serais probablement plus capable de dessiner une histoire comme celle-ci.»
Inio Asano

Ils l’ont acheté

Il n’y pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Nijigahara holograph”

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Livraison à domicile ou ramassage en magasin

Faites-vous livrer où vous voulez.

Paiement sécurisé

Par carte de crédit Master Card, Visa

Expertise reconnue

Plus de 10 ans d’expérience dans les mangas.