Pour fĂȘter ça, on parle ensemble de ses dĂ©buts de mangaka et de ses inspirations : mythologie grecque et scandinave, combattants de MMA, Nihei et son Blame, peinture espagnole et sculpture française… đŸ”„

NĂ© Ă  Oyama, Oita au Japon, en 1986, Isayama Hajime fait parler de lui par l’audace de son Ɠuvre. Premier manga de l’auteur, L’Attaque des Titans explose toutes les attentes. Isayama-san commence Ă  dessiner des mangas lors de son adolescence lorsqu’il est au cĂ©gep, mais ce n’est qu’une fois arrivĂ© Ă  l’universitĂ© qu’il dĂ©cide de se lancer sĂ©rieusement sur les pas des auteurs qu’il adule tant : il veut devenir mangaka Ă  son tour. đŸ’Ș

Ses dĂ©buts de mangaka ne commencent vraiment que dans les annĂ©es 2000.ArmĂ© de son premier one shot, L’Attaque des Titans, il va s’empresser de le soumettre Ă  la Shueisha afin d’ĂȘtre publiĂ© dans le Weekly Shonen Jump. Malheureusement, le scĂ©nario ne correspond pas Ă  100% au style et Ă  la ligne Ă©ditorial du magazine. Il lui sera alors proposĂ© de modifier son histoire afin de retenter sa chance, ce qu’il va refuser net.Isayama ne se laisse pas dĂ©courager pour autant. Il retente sa chance auprĂšs du weekly Shonen Magazine chez l’Ă©diteur Kodansha, et c’est une rĂ©ussite !GrĂące Ă  cette premiĂšre version, il recevra en 2006 le prix du « Meilleur Travail » au Grand Prix du Manga. 😊

Pendant plusieurs annĂ©es, il travaillera en tant qu’assistant pour Yuki Sato (Docteur Yokai). Pendant ce laps de temps il sortira 2 one shots : Heart Break One et Orz.Trois ans plus tard, la chance tourne en sa faveur : L’Attaque des Titans devient une sĂ©rie dans le Bessatsu Shonen Magazine publiĂ© par Kodansha. Le succĂšs Ă©tant au rendez-vous, en 2011 le manga sera mĂȘme gratifiĂ© du 35e prix du manga Kodansha dans la catĂ©gorie Shonen.L’Attaque des Titans est une rĂ©ussite inespĂ©rĂ©e pour un jeune mangaka et surtout pour une premiĂšre sĂ©rie (ce qui n’est pas courant dans le mĂ©tier). 🎉

Dans le courant des annĂ©es 2000, le manga et les mangaka en gĂ©nĂ©ral commencent Ă  ĂȘtre perçus diffĂ©remment, et des derniers n’hĂ©sitent plus Ă  s’afficher. Isayama sera un des premiers Ă  s’y adonner, Ă  tronquer son anonymat pour devenir une personnalitĂ© publique. 👹‍🎹

PassionnĂ© par les monstres depuis toujours, Iseyama aime les contraste de taille. De ses propres dires :”J’ai toujours aimĂ© penser Ă  des monstres depuis que je suis Ă  la maternelle, ce qui m’a donnĂ© le goĂ»t pour les sports de combat. Alors, pour la version d’un Titan, j’ai utilisĂ© comme modĂšle le corps de l’artiste martial Yushin Okami. Mon idĂ©al est le physique d’un artiste martial mixte moyen. Mais j’utilise seulement la forme globale du corps comme modĂšle. Il y a aussi un artiste martial mixte nommĂ© Alistair Overeem, dont je suis fan, qui a ce petit visage et ces trapĂšzes dĂ©veloppĂ©s qui lui donnent un physique vraiment intimidant, il m’a Ă©galement servi de modĂšle.” đŸ„Š

Grand fan de combat live (arts martiaux mixtes, MMA..), l’auteur ne s’en cache pas, mais le cĂŽtĂ© psychologique compte aussi Ă©normĂ©ment pour l’auteur :”J’ai dĂ©cidĂ© de dessiner un shonen basĂ© sur des Titans parce qu’ils ont une apparence brute et grossiĂšre, une aura imposante, qui provoque un sentiment d’insĂ©curitĂ© pour les lecteurs. Ce type d’ambiance me parlait beaucoup par rĂ©surgence. J’aime, pour accentuer ce sentiment de peur primale, laisser le lecteur imaginer ce qui n’est pas reprĂ©sentĂ© dans les cases.”Prenant exemple sur d’autres mangakas, des peintres ou bien la mythologie, Iseyama s’inspire de beaucoup d’artistes et cela se ressent dans l’Ă©criture de ses Ɠuvres : Makura Sho & Takeshi Okano avec leur manga Jigoku Sensei Nube, le manga Arms qu’il considĂšre comme un manga Ă  la narration parfaitement rĂ©ussie, et finalement, Tsutomu Nihei (Blame, Biomega) avec ses univers au dĂ©cors sombres et peu rassurants. 🎹

Mais d’un autre point de vue, plus historique et artistique cette fois, l’auteur puise beaucoup dans la mythologie grecque avec le Tartare, prison situĂ©e dans les Enfers protĂ©gĂ©e par un triple rempart oĂč les pires criminels sont enfermĂ©s pour expier leurs fautes, endroit craint mĂȘme des dieux, oĂč les Titans, fils d’Ouranos et de GaĂŻa, sont enchaĂźnĂ©s par Zeus pour y subir des tourments Ă©ternels.Mais ce n’est pas tout puisque vient ensuite la mythologie nordique avec Midgard, une fortification construite par les Dieux afin de protĂ©ger le monde des GĂ©ants. On y retrouve mĂȘme un personnage du nom d’Ymir, le gĂ©ant de glace, premiĂšre crĂ©ature vivante et source de la crĂ©ation de la terre par Odin et ses frĂšres, qui utilisĂšrent son cadavre pour faire naĂźtre cette derniĂšre. ⚡

D’un point de vue artistique, “Le Colosse” du peintre espagnol Francisco Goya et ” Saturne dĂ©vorant un de ses fils ” sont des oeuvres importantes dans l’inspiration de L’Attaque des Titans (Goya a souvent peint des reprĂ©sentations symboliques des atrocitĂ©s de la guerre, sous la forme d’images Ă©tranges et sanglantes et de gĂ©ants mythologiques). De son cĂŽtĂ©, le cĂ©lĂšbre ÉcorchĂ© du sculpteur Jean-Antoine Houdon est frappant de ressemblance avec le Titan Colossal. đŸ’„

VĂ©ritable icĂŽne du Shonen, Iseyama est un mangaka au goĂ»t et au style trĂšs atypique, vĂ©ritable gĂ©nie du scĂ©nario en marche avec le manga moderne, il est une des personnalitĂ©s qui continuent Ă  faire grandir ce style littĂ©raire que nous apprĂ©cions tous.Alors que L’Attaque des Titans touche Ă  sa fin, profitons de la fĂȘte de son papa pour remercier ce grand homme, ce colosse du manga d’aujourd’hui.Merci et bonne fĂȘte Iseyama-sensei !!!! 💜