Bonjour à tous et toutes! Avec la nouvelle année qui est commencée, que je vous souhaite heureuse et prospère, et la thématique du mois de janvier qui est Un nouveau voyage qui commence!, j’ai voulu vous présenter des mangas qui sont pour moi des coups de cœur, qui viennent à peine de débuter et qui nous invitent à voyager. Qu’ils nous entraînent sur les routes du monde réel ou à la découverte de mondes inventés, ces mangas ont été pour moi de véritables bouffées d’air frais en cette période de confinement. Depuis toujours, les livres sont pour moi à la fois un refuge et une fenêtre ouverte sur le monde, et les mangas ne font pas exception.

Tout d’abord, Alpi the Soul Sender, un shonen d’aventure écrit et dessiné par Rona, une illustratrice de couvertures de romans de fantasy dont c’est le premier manga. Il s’agit d’une fable douce-amère résolument ancrée dans la fantasy, manifestement le genre de prédilection de la mangaka. Et elle y excelle!  

Nous sommes happés dans un monde où les êtres humains ont formé des sociétés autours des esprits divins, créatures surnaturelles qui auraient été envoyées sur terre par le dieu soleil. Sous leur protection, source de vie et de bienfaits, les hommes et les femmes prospèrent, en harmonie avec la nature. Néanmoins, les esprits divins ne sont pas immortels, et lorsqu’ils meurent, leur âme ne peut s’échapper seule de leur corps, qui devient une prison de chair. Tant que l’âme n’est pas libérée, un mal noir se propage tout autour du cadavre, putréfiant tout ce qu’il touche. Heureusement, les Soul Senders, mages d’élite, ont la faculté de libérer l’âme des esprits divins en procédant à des rituels sacrés, empêchant ainsi le mal répandre mort et désolation, mais au prix de souffrances physiques.

Alpi, malgré son très jeune âge, est une Soul Sender courageuse et déterminée. Elle parcourt le monde en compagnie de Pelenai, son fidèle serviteur, afin de s’acquitter de son devoir, portant secours à des communautés sur son chemin en effectuant ses rituels. Se faisant, elle recherche ses parents, également des Soul Senders, disparus lors d’une mission. L’existence nomade d’Alpi et de Pelenai, dont la relation fait penser à celle de Bruce Wayne et Alfred, est le prétexte idéal pour nous amener à découvrir la richesse des paysages et des cultures du monde créés par Rona et soutenus par un graphisme envoûtant.

Ode au voyage et à l’entente entre l’humain et la nature, le premier tome d’Alpi the Soul Sender publié chez Ki-oon est une œuvre sensible qui reste légère malgré un ton parfois grave.

Le voyage imprègne la superbe couverture et le titre de Dans le sens du vent – Nord, Nord-Ouest, un seinen publié aux Éditions Soleil qui tient à la fois du policier, du fantastique et du road trip novel, écrit et dessiné par Aki Irie, à qui l’on doit Le Monde de Ran. Cette fois-ci, la mangaka nous emmène en Islande, où vit Kei Miyama, un jeune homme de 17 ans installé chez Jacques, son grand-père d’origine française, depuis la mort de ses parents. Apparemment, posséder un pouvoir est courant dans la famille, et celui de Kei consiste à être capable de parler avec les machines et les appareils électroniques, ce qui s’avère utile pour honorer ses contrats. Cependant, tout chavire lorsqu’un policier débarque et accuse le petit frère de Kei, Michitaka, d’être responsable de la mort de leur oncle et de leur tante qui en avaient la garde au Japon. Convaincu de l’innocence de son petit frère, Kei se lance dans une nouvelle enquête.

Les paysages oniriques de l’Islande, faits de fjords majestueux et de plaines arides, sont un pur régal pour les yeux dans ce manga qui sait habilement mêler action et contemplation. On sent presque la bise glacée de vent du nord à travers les dessins d’Aki Irie. On a envie de monter avec Kei à bord de la vieille jeep de son grand-père et de parcourir les routes au hasard. On s’attache assez rapidement à ce jeune Japonais en exil, tout comme son grand-père Jacques, sa nouvelle amoureuse Katla et la nièce de cette dernière, Lilja. Le pouvoir de Kei est plutôt peu commun, mais captivant. Les objets revêtent presque des caractères humains, nous les rendant sympathiques. Et on ne peut s’empêcher de vouloir en savoir plus, car si Kei semble convaincu que son frère n’a pas pu commettre un meurtre, ce dernier est tout de même un peu louche. En somme, un excellent début qui nous donne envie de se lasser porter dans le sens du vent, quelque part au Nord, Nord-Ouest du Japon.

Voici donc deux mangas pleins de poésie et de personnages qui m’ont séduit et m’ont donné envie de commencer un nouveau voyage dans deux univers bien différents, mais tout aussi fascinants. Il me tarde de lire la suite!

❄️ Chronique de l’insulaire – 06 février 2021 ❄️


Alors… Cette chronique a piquée votre curiosité ? Retrouvez Dans le sens du vent et Alpi the Soul Sender sur notre boutique en ligne dès maintenant !

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *